Le régime paléo… l’une des meilleures alimentations ?

Le régime paléo… l'une des meilleures alimentations ?

Le régime paléo… l’une des meilleures alimentations ?

Je vais vous parler du régime paléo, ou plutôt des régimes paléolithiques car il existe plusieurs variantes. Ce concept peut même aller jusqu’à un mode de vie qui ne se limite pas uniquement à adopter une alimentation paléo. L’idée derrière le régime paléo est que l’homme a été pendant plusieurs centaines de milliers d’années un cueilleur chasseur qui se nourrissait principalement de plantes et de gibiers.

Bien sûr à cette époque l’homme était en très bonne santé. Pour vous donner un exemple, les problèmes d’ossatures n’existaient pas. Les densités osseuses de nos ancêtres étaient comparables à celles des athlètes de haut niveau d’aujourd’hui. Les caries ou les dents qui poussent de travers n’existaient pas.
Beaucoup de personnes soulignent le fait que nos ancêtres avaient une durée de vie plutôt faible (autour de 30-33 ans). Cela était la cause d’un grand nombre d’accident. C’est très difficile de vivre dans la nature, il y a beaucoup de dangers. Cependant, si on ignore les accidents, leur durée de vie potentielle était comparable à la nôtre, voire meilleure.

Le régime paléo propose de se limiter aux aliments anciens qui existaient à l’époque paléolithique, et d’éviter tous les aliments nouveaux qui sont apparus lors de l’arrivée de l’agriculture ou après. Voici les catégories d’aliments à éviter.

Les aliments à éviter

Les céréales

La première catégorie d’aliments à éviter sont les céréales qui contiennent énormément de molécules toxiques comme le gluten. Les céréales contiennent également beaucoup d’acide phytique, qui est un acide très mal supporté par l’organisme. Il perturbe l’assimilation de beaucoup de minéraux et peut être la cause de carences alimentaires et de problèmes dentaires.

Les légumineuses

Ensuite parmi les aliments qui sont à éviter, vous avez aussi les légumineuses qui ont à peu près les mêmes effets négatifs que les céréales.

Les fruits et légumes riches en acide oxaliques

Ces aliments sont moins dangereux que les précédents et il est conseillé de limiter leur consommation. Concernant les légumes, il s’agit entre autres des épinards qui peuvent être mal digérés. Il en est de même pour les légumes de la famille des solanacées (tomates, aubergines, poivrons, pommes de terre).

Les fruits sont très acides et ils perturbent l’assimilation des minéraux. Il faut donc éviter d’en consommer plus de deux à trois par semaine et consommer uniquement des fruits de saison bien mûrs.

Dans la même idée, les fruits oléagineux sont à limités voire à éviter car ils sont riches en phytate et en acide gras polyinsaturé.

Les huiles végétales

Le régime paléo propose aussi d’éviter les huiles végétales (par exemple l’huile de soja, de colza, de tournesol et d’arachide), notamment celles qui sont riches en oméga-6, car l’organisme n’est pas du tout adapté à une consommation élevée d’acide gras polyinsaturé.

Le sucre

Le régime propose de limiter sa consommation de glucide et notamment de supprimer le sucre qui n’existait pas à l’époque paléolithique. En trop grande quantité les glucides sont toxiques pour l’organisme. Ils perturbent également la production d’hormones.

Les laitages

Pour finir, ce régime propose de supprimer les laitages car notre système digestif n’est pas bien adapté à leur digestion. D’ailleurs nous sommes la seule espèce consommant des laitages à l’âge adulte. En plus d’une autre espèce que la notre.

Les aliments à consommer

Je vais vous citer les principaux aliments consommés dans une alimentation paléolithique. Ils varient en fonction des différentes variantes. J’y reviendrai dans la dernière partie de l’article.

Les produits animaliers

Il s’agit des viandes, des œufs, des poissons et des fruits de mer. Quand ils sont tolérés, les laitages sans lactose et sans sucre ajouté peuvent être consommés.

Les légumes

Une alimentation paléo propose de consommer beaucoup de légumes, notamment les vers et blancs, comme les salades, les légumes appartenant à la famille des choux. Les champignons sont également beaucoup consommés. Les algues sont appréciés pour leur richesse en minéraux rares.

Les légumes racines

Il s’agit par exemple des pommes de terre et des carottes. Mais beaucoup de personnes préfèrent tirer leur énergie des bonnes graisses et évitent les légumes racines car ils sont riches en glucides.

Les bonnes graisses

Concernant les matières grasses, vous pouvez en consommer en grande quantité à partir du moment qu’il s’agit de bonnes graisses. C’est-à-dire celles qui sont riches en acide gras saturé et/ou en acides gras monoinsaturés. Celles considérées comme mauvaises sont celles qui sont riches en acides gras polyinsaturés (oméga-3 et oméga-6). À l’époque paléolithique, ces acides gras polyinsaturés étaient présent dans l’alimentation qu’en petite quantité, et avec deux à trois fois plus d’oméga-6 que d’oméga-3. En trop grande quantité les acides gras polyinsaturés déclenchent des réactions inflammatoires dans l’organisme.

Les bonnes graisses sont :

  • L’huile d’olive, riche en acide gras polyinsaturés.
  • L’huile de noix de coco, riche en acide gras saturé. C’est l’huile qui supporte le mieux la cuisson.
  • L’huile de palme, riche en acide gras saturé.
  • Le beurre, éventuellement clarifié. Il est riche en acide gras saturé.
  • Les jaune d’œufs, riche en vitamine liposolubles.
  • Le saindoux riche en acide gras saturé.
  • La graisse de canard riche en acide gras saturé.
  • Les graisses animales, surtout celles des animaux élevés dans du pâturage.

Elles contiennent alors des oméga-3 et oméga-6 dans de bonnes proportions.

Cette alimentation peut vous paraître un peu restrictif. Mais je vous assure que si vous connaissez les bonnes recettes, cette alimentation est très simple à suivre, surtout si vous êtes plutôt goût salé et aimez bien les bons aliments gras. Par contre si vous êtes plutôt sucrés, les recettes sont un peu plus dur à apprendre et demandent souvent pas mal de nouveaux ingrédients pas toujours faciles à trouver. Mais c’est possible et je ferai bien sûr des articles sur ce sujet !

Si vous regardez les témoignages sur internet et sur Youtube des personnes qui font ce genre de régime, vous vous apercevrez que les personnes qui commencent une alimentation paléo sérieusement décident de l’adopter définitivement dans la grande majorité des cas.

D’ailleurs ce régime devient de plus en plus populaire. On en parle de plus en plus. Il y a aussi beaucoup de sportifs de haut niveau ou de star qui le suivent. Je vais vous donner quelques exemples.

Les célébrités qui suivent un régime paléo

Je vais vous montrer plusieurs célébrités qui suivent un régime paléo. Je vous laisse les juger par leurs photos. Je commence par les femmes.

Mégane Fox

Megan Fox régime paléo alimentation paléolithique

Mégane Fox est une actrice célèbre ayant joué dans Transformers 1 et 2.

Jessica Biel

Jessica Biel régime paléo alimentation paléolithique

Jessica Biel est une actrice ayant joué dans pas mal de films

Miley Cyrus

Miley Cyrus régime paléo alimentation paléolithique

Miley Cyrus est une actrice et chanteuse.

Uma Thurman

Uma Thurman régime paléo alimentation paléolithique

Jessica Biel est une actrice américaine.

Chez les hommes vous avez les personnes suivantes.

Hugh Jackman

Hugh Jackman régime paléo alimentation paléolithique

C’est l’acteur principale de Wolverine. Il a commencé ce régime au début du tournage de son film, en faisant en plus trois heures de sport par jour. Il pratique également le jeune intermittent en mangeant uniquement sur des périodes de 8 heures.

Novak Djokovic

Novak Djokovic régime paléo alimentation paléolithique

Novak Djokovic est un joueur de tennis professionnel.

Matthew McConaughey

Matthew McConaughey régime paléo alimentation paléolithique

Matthew McConaughey est un acteur et producteur américain.

Grantt Hill

Grant Hill régime paléo alimentation paléolithique

Grantt Hill est un joueur professionnel de basket-ball américain.

Ces célébrités aspirent plutôt la santé non ?

Je vais maintenant vous parler des différentes variantes du régime paléo.

Les différentes pratiques paléo

La règle «consommer des aliments anciens ne consommer aucun aliment nouveau» est rarement suivie à la lettre. La raison principale est qu’il existe des aliments anciens mauvais pour l’organisme, et des aliments nouveaux bons pour l’organisme.

Paléo 5 à 6 jours par semaine seulement

Beaucoup de personnes suivent une alimentation paléo les jours de semaine, et enlèvent leurs restrictions un à deux jours le weekend. Cela est intéressant si vous sortez beaucoup le weekend.

À moins d’avoir un système digestif en très mauvais état, suivre une alimentation paléo seulement la semaine est suffisant pour tirer tous les avantages qu’offre cette alimentation.

Optimiser en choisissant les meilleurs aliments

Par rapport aux aliments à privilégier ou à éviter, les personnes qui optimisent ont tendance à consommer en majorité de bonnes graisses, des protéines en quantité modéré, et peu de glucide. Elles évitent donc les féculents comme les pommes de terre ou patate douce. Elles évitent également les sources de matières grasses riches en oméga-6 et les aliments contenant beaucoup de mauvaises substances. Elles consomment du beurre (éventuellement clarifié) issue de vaches nourries à l’herbe. Chez les produits animaliers c’est la viande rouge et les organes d’animaux qui sont privilégiés car ce sont les plus nutritifs. Pour finir, les légumes privilégiés sont ceux qui ont la couleur verte et qui se consomment crus.

Alimentation paléolithique cétone

Une pratique est de limiter au maximum les glucides et de favoriser comme source d’énergie principale les bonnes graisses. L’objectif est d’avoir 80 à 90% des calories consommées sous forme de bonne graisse pour provoquer un état de cétone, où l’organisme utilise comme principale source d’énergie des acides gras. Cela peut aider à la perte de poids si pratiqué suffisamment longtemps.

Le rythme le plus courant est la consommation de bonne graisse pendant cinq à six jours dans la semaine. Les autres jours sont utilisé pour faire des recharges de glucide. Une technique pour perdre du poids est de réduire significativement les calories sur des périodes allant de 1 à 3 jours, puis de se recharger après.

L’objectif est de limiter considérablement la production d’insuline qui est produite suite à l’ingestion de glucides et de protéines et qui peut causer la prise de poids.

Le régime hormone

Ce régime a pour objectif d’optimiser votre production d’hormones en tenant compte de vos éventuelles carences et points faibles. Ce régime est proposé par le docteur Trierry Herthogue. C’est un docteur de renommée mondiale impliqué dans la recherche sur les hormones. Il a écrit un livre sur son régime. Si vous souhaitez un protocole alimentaire plus détaillé, je vous recommande son livre.

Par rapport à une alimentation classique, il propose d’identifier votre profil hormonale, à savoir quelles sont les hormones que vous produisez en trop faible quantité. Ensuite il propose des règles pour optimiser la production des hormones pour lesquelles vous êtes carencés. Par exemple si vous êtes carencés en hormones thyroïdienne, la règle est de consommer beaucoup d’aliments provenant de la mer pour obtenir beaucoup de iode, un minéral qui stimule la thyroïde.

Au delà de l’alimentation

Le concept paléo ne se limite pas qu’à une alimentation. Il va jusqu’à un mode de vie où les mauvaises habitudes arrivés avec la civilisation et la mondialisation sont corrigés quand cela est possible. Il est alors possible de suivre le genre de règle suivante :

– S’exposer un peu au soleil au moins un jour sur deux
– Faire au moins une heure de marche par jour et plus généralement être souvent actif
– Ne pas toujours s’asseoir en utilisant une chaise, mais aussi en squat ou par terre
– Bien dormir la nuit
– Pratiquer un sport bon pour la physiologie humaine

Voilà vous avez maintenant un aperçu. Je ferai prochainement un article plus détaillé à ce sujet.

Que peut-on attendre d’un régime paléo

Suivre un régime paléo permet d’améliorer toute sa santé, qu’il s’agisse de votre niveau d’énergie, de votre résistance à la maladie, de votre résistance au froid ou au chaud, de votre apparence plus ou moins jeune et de votre physique (votre teint, votre mine et votre poids).

Faut-t-il s’y mettre? Comment ?

Je vous conseille vivement d’essayer. Les résultats sont si impressionnants que nous sommes beaucoup à l’avoir adopté définitivement. Pour commencer à voir les bienfaits de ce régime, il faut cependant suivre ce régime pendant une période plus ou moins significative. Par exemple une semaine à un mois. Il faut également le faire à fond. Le faire à moitié est peu efficace, voire inutile.. Éventuellement vous pouvez le pratiquer uniquement cinq à six jours dans la semaine. Mais les jours où vous choisissez de le faire, il est recommandé de le faire à fond.

En tout cas j’espère vous avoir convaincus. Si vous voulez vous y mettre, sachez que sur Internet il existe énormément de recettes pour vous aider. Je vais moi même en publier prochainement. Par exemple vous pouvez en trouver sur les deux sites suivants.

J’ai terminé cet article. J’espère que vous l’avez aimé. Si vous avez des questions vous pouvez me les poser ! J’essayerai d’y répondre au mieux. Moi j’en ai pour vous, connaissiez-vous le régime paléo? Si oui le pratiquez-vous ?

Articles et sites recommandés

Cédric Icower
Cédric Icower est passionné de nutrition, de sport et de santé. Abonnez-vous à sa newsletter pour recevoir régulièrement ses meilleurs articles ainsi que ses deux ebooks Maigrir En Combinant Jeûne, Froid, Sport Et Nutrition Santé et La Thérapie Chaud Et Froid Pour Se Soigner Naturellement.

Partager

Cédric Icower

A propos Cédric Icower

Cédric Icower est passionné de nutrition, de sport et de santé. Abonnez-vous à sa newsletter pour recevoir régulièrement ses meilleurs articles ainsi que ses deux ebooks Maigrir En Combinant Jeûne, Froid, Sport Et Nutrition Santé et La Thérapie Chaud Et Froid Pour Se Soigner Naturellement. [wysija_form id="1"]
Pour marque-pages : Permaliens.

17 Commentaires

  1. C’est passionnant de te lire !

  2. Bonjour, je suis un homme, 67ans, je cherche une solutions à mes problèmes digestifs. J’ai eu il y a 10ans un ulcère à l’estomac et depuis il est resté fragile, sensible + 36 ans d’antibiotiques à cause d’infections urinaire chronique. Je ne peux manger que très peu de chose (pas de café, de vin, d’épices, d’huile, cru etc…) j’ai bcp de gaz. J’ai légèrement amélioré avec chardon marie, l’argile. Avez vous une idée? Dans l’attente, bien cordialement.

  3. Bonjour à tous,
    Tout d’abord je tiens à me présenter. Je suis un homme de 50 ans, coureur de fond (marathon, trail, vélo..), ancien judoka et pratiquant également des exercices au poids de corps. Mon alimentation est typiquement végétarienne en privilégiant les protéines végétales.
    Mon poids de corps est de 79 kg pour 1.82m avec un taux de masse grasse de 8%.
    Comme vous pouvez le constater, on peut tout à fait vivre en bonne santé, faire du sport et conserver une masse musculaire (naturelle) sans manger de viande, tout comme Novak Djokovic qui est végétarien (voir végétalien!)et non pas adepte du régime Paléo comme j’ai pu le lire sur ce site, petite « coquille » qui ne retire en rien la qualité de l’article en question. En effet, le mode alimentaire de nos sociétés moderne ne sont plus en adéquation avec notre physiologie. Mais de la à dire que nous sommes des mangeurs de viande à l’image des hommes préhistoriques ce n’est qu’un vieux serpent de mer qui n’a rien de scientifique. En effet, tout d’abord, avant tout nous sommes de grand singes, comme les chimpanzés, orang outan et gorille. Notre évolution, nous a poussés à consommer des charognes pour survivre…etc…etc. les proportions de viandes consommées par nos ancêtres étaient bien moindres que l’on se l’imaginent.
    Source ci jointe: http://www.hominides.com/html/dossiers/alimentation-prehistoire-nutrition
    D’ailleurs, les dernières études réalisées démontrent une augmentation de l’espérance de vie des végétariens par rapport aux omnivores. D’ailleurs, ce sont même les végétaliens qui s’en sortent le mieux de l’étude en question.
    Source: http://www.lanutrition.fr/les-news/les-vegetariens-vivraient-plus-longtemps.html
    Sur ce je reconnais qu’un régime « paléo » n’est pas sans intérêt, car il privilégie les légumes, notamment crus et les fruits tout en déconseillant les sucres et les produits industriels qui sont surement bien plus néfaste encore qu’un régime carné.
    Merci pour le temps passé sur ma page et bonne journée à tous.
    Olivier.

    • Bonjour Olivier,

      1) Oui beaucoup de végétariens sont en excellente santé! D’ailleurs, comme expliqué dans l’un de mes articles récents sur le paléo, le régime paléo est compatible avec le végétarisme.
      http://paleo-optimal.com/regime-paleo-vegetarien-vegetalien
      En fait dans le passé, il existait plusieurs régimes paléo…ça allait du régime paléo végétarien (trouvé en Inde) jusqu’au régime paléo hyper riche en viande (dans les pays du nord froid où les fruits et légumes ne sont pas toujours trouvables.).
      Finalement on trouve pleins de végétariens en bonne santé, comme les moines de shaolin qui sont les plus remarquables selon moi. Mais on trouve également plein de personnes mangeant de la viande en excellente santé. Donc je suis pas trop en mode de vouloir imposé l’un ou l’autre. Je suis seulement contre les végétaliens/végétariens manipulateurs qui tentent d’imposer leur point de vue par la manipulation et propagande.
      => Si votre régime végétarien vous réussi, alors tant mieux et c’est certainement une excellente idée. Le plus important dans le choix de son alimentation, c’est d’avoir des bons résultats. 🙂

      Par contre, je voudrai m’exprimer sur quelques idées fausses répandues chez les végétariens et végétaliens.
      2) Les singes ont un système digestif leur permettant une meilleure assimilation des protéines des fruits. Même avec cela les singes mangent de la viande ou bien mangent des insectes…beaucoup en fait (jusqu’à 1 tonne de viande par an pour les chimpanzés…les singes qui nous ressemblent le plus…on a 98% de génétique en commun avec eux). Cela est expliqué dans cet extrait de ce documentaire sur les chimpanzés (en anglais)…on les vois même chasser et ils sont très bons.
      https://www.youtube.com/watch?v=RQq93Q2txrs
      3) « ce sont même les végétaliens qui s’en sortent le mieux de l’étude en question »
      Moi j’interprète l’étude de cette manière:
      Les hommes qui mangent n’importe quoi sont les plus malades. Les végétariens et végétaliens sont un peu moins malade (je suis surpris pour ces derniers). L’étude ne parle pas des personnes qui mangent paléo…et Il ne faut pas confondre paléo, avec des monsieurs tout le monde qui mangent n’importe quoi.
      Car le peuple qui a la meilleure santé dans le monde est selon moi le peuple des Kitava qui mange 100% paléo. Je parle des. Kitava, l’un des seuls peuples au monde où la maladie y est inexistante: pas de diabète, pas de surpoids, pas de cancer, pas de problèmes de caries ou d’ostéoporose (très courant chez les vegan en passant). Plus de 1500 personnes ont été étudiées donc c’est pas une petite étude statistique bidon avec 10 individus.
      http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1365-2796.1993.tb00986.x/abstract;jsessionid=3A92EDCB0861E7DDA8A8781469850195.f03t01
      http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=Kitava+AND+%22Lindeberg+S%22
      4) Concernant les végétaliens, moi j’y crois pas car dans tous sports intensifs, aucun végétaliens n’arrivent à atteindre des carrières de sportifs de haut niveau, surtout en musculation. Il doit y avoir des exceptions dans l’utlra-endurance…mais est-ce naturel comme sport?…mais surtout je n’aime pas les nombreuses techniques de manipulation (en tant que passionné de psychologie je connais bien le sujet…) qu’ils utilisent ainsi que:
      – Leurs nombreux faux arguments comme l’histoire que l’homme doit être un fruitarien comme un singe (alors que le singe lui même n’est pas 100% fruitarien).
      – L’invention de la crise de détox qui est n’importe quoi et qui détruit la santé des gens qui croient bien faire en se rendant malade….d’ailleurs dans les communautés paléo on retrouve beaucoup de personnes s’étant détruit la santé avec des régimes vegan/fruitarien…en pensant passer par une crise de detox qui ne finissait jamais…je suis dérangé que les végétaliens ne parlent pas des nombreux échecs et qui disent que c’est des « mythes ».
      – Le fait que manger végétarien ou végétalien sauve systématiquement des vies…c’est faux et hypocrite…car ce qui tue le plus d’animaux, c’est les barrages d’eau ainsi que les cultures intensives de céréales (les grandes villes également mais ça, ça sort de l’alimentation). Il suffit d’aller se balader dans un champs de riz pour voir que la vie y est inexistante car l’agriculture est carnivore. D’ailleurs des mesures ont été faites. Par rapport à une ferme animale paléo (j’ai bien dit paléo, sans céréales), un champs de céréales cause 25 fois plus de morts…les animaux ont besoin de leur écosystème!
      http://theconversation.com/ordering-the-vegetarian-meal-theres-more-animal-blood-on-your-hands-4659
      Malheureusement, j’ai découvert que plus de 80% des végétaliens le font pour des raisons psychologiques. Car l’homme a tendance à vouloir rejoindre sa / ses communautés (telle alimentation, tel mode de vie, telle religion, telle partie politique, la personne qui a la vie dur ou cool…)…puis une fois qu’il trouve sa communauté…tous les arguments de celle-ci sont vrai et ceux des autres sont faux. => d’où les nombreux débats qui ne finissent jamais…et le fait que la plupart des végétaliens ignorent cet argument…et continuent de faire la morale…

      Amicalement,

      Cédric

      • Complètement d’accord avec vous :
        « – L’invention de la crise de détox qui est n’importe quoi et qui détruit la santé des gens qui croient bien faire en se rendant malade….d’ailleurs dans les communautés paléo on retrouve beaucoup de personnes s’étant détruit la santé avec des régimes vegan/fruitarien…en pensant passer par une crise de detox qui ne finissait jamais…je suis dérangé que les végétaliens ne parlent pas des nombreux échecs et qui disent que c’est des « mythes ».  »
        J’en faisais partie. J’ai fait un gros travail sur moi-même notamment sur la vie et la mort et a fortiori sur mon impossibilité de manger des produits animaux.
        Mes neuro-transmetteurs en berne, fatigue chronique, allergies, etc. après une lune de miel végétalienne qui a tourné à la catastrophe.
        Après moultes tergiversations avec moi-même, je mange paléo aujourd’hui et mon corps et mon esprit me disent MERCI ! 🙂

        • Merci beaucoup Anne pour votre retour, cela va aider d’autres lecteurs.

          • Bonjour,
            je trouve le débat vraiment intéressant.
            Mangeant presque exclusivement de la nourriture d’origine végétale, après n’avoir mangé que « paléo » pendant quelques années, j’ai pu tester (un petit peu) les deux modes d’alimentation.
            Pour ma part, il y a (bien évidemment) des avantages et des désavantages dans les deux:
            1) pour le paléo (pendant le régime): avantages : si respect des combinaisons alimentaire et bonne alimentation, prise de poids très limité et développement rapide d’une morphologie intéressante
            désavantages : alimentation assez limitée et qui peut être « frustrante » (je faisais parfois de gros écarts en me bourrant de chocolat au lait x) )

            2) pour l’alimentation presque que végétale (soit maintenant)
            avantages (pour ma part) : meilleure digestion si respect des combinaisons alimentaires et connaissances d’alternatives plus importantes en terme d’alimentation végétale (autre que les céréales et légumineuses qui restent controversés)
            désavantages : prise de poids si pas de contrôle important des portions et des combinaisons alimentaires

            Pour ma part, je rajouterai que j’ai une meilleure digestion et que mes problèmes de peau ont pas mal diminué depuis que je mange moins de viande. Problème inverse : la prise de poids exige un contrôle bien plus important.

            Autres points (que j’ai pu constater et sur lesquels je réfléchis toujours):

            – je pense sincèrement que manger des céréales et légumineuses cuits n’est pas idéal. Les graines germées sont, sur ce cas-là, bien plus intéressantes (car crues) d’un point de vue nutritionnel et vitamines.

            – je pense que pour certaines personnes, la consommation de légumineuses et céréales cuits est vraiment toxique. Je reconnais sans problème l’influence d’un régime paléo (dont les animaux n’ont pas été nourris aux céréales, ça, cela me semble essentiel) sur certaines maladies auto-immunes ou neuro-dégénératives, ainsi que sur certains cas de psychiatrie et problèmes psychologiques (autisme, etc…), comme l’a pu démontrer une spécialiste israélienne (pas le nom en tête, désolé x) ).

            – pour ma part, et j’insiste là-dessus, car c’est quelque chose de tout à fait étonnant que j’ai pu constater (il faudrait que je fasse des recherches là-dessus, mais c’est étonnant), ma peau est bien, bien mieux depuis que je mange presque qu’une alimentation d’origine végétale. Mon eczéma a bien diminué, ainsi que mon acné, sauf : quand je mange de la viande, des aliments d’origine animale et des aliments à base de gluten (le mal absolu selon moins x). Là, mes problèmes de peau ressurgissent légèrement.
            Par ce constat, je ne souhaite pas présenter un argument fondé sur l’expérience personnelle pour soutenir une quelconque cause. J’aimerai juste constater que les réactions sont vraiment différentes, d’une morphologie et d’un psychisme à l’autre.

            Autres points à évoquer :
            – d’après mon expérience (un peu biaisée, bien évidemment, car je ne les ai jamais respecté parfaitement à la lettre) des deux régimes, j’ai pu constater que:

            – la cuisson, qu’elle soit pour la viande, les légumes ou autres (céréales, légumineuses) a VRAIMENT un impact sur la façon dont on digèrera, etc…

            – le frugivorisme ? le crudivorisme à outrance ? je n’y crois pas trop non plus. Il y a très peu de fruits que je digère vraiment correctement, et ceci, uniquement lorsque je les consomme en-dehors des repas (pommes, agrumes, fruits rouges, figues, etc… mais pas ananas, bananes et autres fruits que je trouve un peu « acides », mais si, par définition, la banane ne l’est pas. Mais je digère vraiment mal ce fruit.).

            – la consommation de lipides, dans les deux régimes, m’a semblé ESSENTIELLE. Par rapport au végétalisme, je penche même plus pour un régime privilégiant les lipides sains (huiles, noix) que les céréales et légumineuses crues.

            – la consommation des graines germées a tout de même une influence sur la santé (je précise que ce sont des céréales et légumineuses crus qui ont été progressivement germés et qui n’ont jamais été cuits).

            Autres constats et réflexions par rapport à ces deux régimes et en les croisant:
            – l’impact écologique des deux. Malheureusement, on ne peut le nier. La culture de soja est une catastrophe, l’élevage des animaux en batterie et même « bio » l’est aussi. Et malheureusement, les élevages d’animaux en ferme nourris uniquement à l’herbe ou autres nourritures naturelles (comme vous l’avez mentionné) n’est pas du tout majoritaire (et je pense que c’est une catastrophe).
            – car pour l’instant : c’est l’élevage d’animaux qui a un impact écologique important (il faut cultiver le soja et autres céréales pour les nourrir). Là-dessus, aussi bien sur l’élevage des animaux (qui, en plus, subissent souvent des conditions d’élevage qui ne respectent pas, mais alors pas du tout, leurs besoins éthologiques) que sur la culture de céréales, il y a quelque chose à faire.

            Du coup, que faire ?
            Adopter un régime qui peut ne pas convenir à tout le monde (végétalisme) ou un autre plus facile à adapter (paléo), mais dont les coûts énergétiques sont, dans l’un ou dans l’autre, vraiment importants ?

            Je rajouterai deux points :
            – dans les deux régimes, je dénoncerai le manque de consommation de nourriture locale (des bananes ? une blague !) et dans le régime paléo : la consommation d’aliments issus d’animaux domestiques (vaches, etc… : ce n’est pas, par définition, « paléolithique). La consommation de gibier, poissons et fruits de mers, me le semble plus).

            Voilà, désolé(e) pour ce gros pavé, mais il me semblait important, dans la discussion, d’apporter le point de vue d’une personne ayant expérimenté les deux types d’alimentation et essayant sans cesse de remettre en question la façon dont on peut se nourrir.

            Cordialement

          • Merci beaucoup pour votre retour qui va clairement aider les lecteurs de ce site.
            Aussi, je voudrais vous donner deux pistes à explorer qui pourraient vous aider à avoir encore plus de résultats:
            1) Développer une musculature athlétique équilibrée. Cela aider à avoir une bonne circulation du sang et de l’énergie et à avoir des organes en bonne santé.
            2) Contrôler positivement son subconscient. Ce n’est pas facile mais quand on arrive à penser positivement, à s’entourer d’une environnement positif et à se relaxer dans la majorité du temps, alors notre corps se régénère mieux en permanence (et dans la situation inverse, dans un environnement négatif, on se détruit soit même).
            Ces sujets méritent à eux-seuls des livres pour être bien élaborés car ils sont autant complexes que la nutrition. Mais voilà ce sont des pistes que je voulais vous partager!
            Cordialement,
            Cédric I.

    • Bonjour,

      Petite précision sur novak Djokovic il n’est pas végétarien il mange de la viande, des oeux, poissons, poulet, boeuf…
      Dans son livre on peut voir le tableau avec son menu ou il explique son changement alimentaire, il explique qu’il a supprimé le lait et le gluten
      Avec mon expérience je pense qu’on est chacun différent et que la viande peut être bon pour l’un et nocif pour l’autre
      Je connais plusieurs personnes qui ont eu une baisse de testostérone important en supprimant cet aliment,perte de cheveux, perte importante de libido et une déminéralisation
      Romain

      • Bonjour Romain,
        Avez-vous commenté le bon article? Je parle du régime paléo pas du régime végétarien (Et Novak Djokovic mange paléo comme vous le dites!) qui n’est pas du tout végétarien (même si les deux concepts sont compatibles).

  4. Bonjour !
    Merci pour cet article très intéressant 🙂
    J’ai 17 ans et je mange paléo depuis plusieurs semaines et récemment j’ai décidé de me mettre au fasting mais j’ai un peu peur de cataboliser (même en ayant régulièrement un apport en protéine) si mes apports caloriques journaliers sont trop faibles… ce phénomène est-il possible à votre avis ?
    Est-ce que si je pratique le jeûne 16/8 le lundi mardi mercredi et jeudi puis le jeûne de 24h le vendredi (avec une récupération calorique le samedi ou le dimanche) je pourrais bénéficier des avantages de perte de graisse ? (J’ai environ 5 kg à perdre)
    J’aurais aussi aimé savoir si le fait de manger au delà de la sasiété pouvait faire grossir (stocker le surplus) même avec des fruits, des légumes ou de la viande…
    Merci et bonne soirée !

    • Bonjour Séphora!
      « mais j’ai un peu peur de cataboliser (même en ayant régulièrement un apport en protéine) si mes apports caloriques journaliers sont trop faibles… ce phénomène est-il possible à votre avis ? »
      A partir du moment où l’apport en protéine est suffisant, ça devrait aller car beaucoup arrivent à se bâtir une bonne musculature tout en jeunant. Mettez vous au fasting doucement, en commençant par réduire les tailles des repas avant de jeuner. Cela aidera l’organisme à s’habituer au jeune.
      « je pourrais bénéficier des avantages de perte de graisse ?  »
      En théorie oui mais en pratique ce n’est pas si simple, une méthode de perte de graisse ne marche jamais à tous les coups à 100% chez tout le monde. Cette technique marche chez beaucoup de personne et le mieux est d’essayer! Dans tous les cas il faudra bien ajuster son apport total calorique de manière à rester en forme, mais tout en maigrissant doucement.
      « J’aurais aussi aimé savoir si le fait de manger au delà de la satiété pouvait faire grossir (stocker le surplus) même avec des fruits, des légumes ou de la viande… »
      Alors en paléo il y a une idée que, à partir du moment où les aliments sont bons, on peut manger à volonté sans ne jamais grossier. Personnellement je ne crois pas en cette idée. Pour moi bien manger est une pièce essentielle du puzzle qui permet d’avoir un corps qui fonctionne bien. Mais dès qu’on souhaite maigrir, il faut dans tout les cas baisser ses calories (mais légèrement seulement, de manière à avoir un petit déficit calorique, un peu comme font les bodybuilers, de vrais experts en perte de graisse! ).

      Cédric

  5. bonjour,

    en resume votre regime, c’est une alimentation vegetarienne (reflechie; et oui ils ont pas attendus la mode du paleo) à laquelle vous rajoutez la viande.

    vous trouverez sans probleme de nombreuses photos de jeunes personnes avec une tres bonne mine adepte de la malbouffe.

    <>, faux bien sur.

    <>
    de la ferme aux milles vaches ?
    la bonne vainde est (tres) rare; un milliard d animaux tues par an en france.

    <<

    la main humaine est adaptee pour quelle action ?
    cueillir des fruits ou tuer un animal (avec vos griffes) ?

    merci pour l'article, il est indispensable d avoir de nombreux points de vue differents.

  6. bonjour,

    il suffit de lire cette etude pour voir quelle est debile:
    D’ailleurs des mesures ont été faites. Par rapport à une ferme animale paléo (j’ai bien dit paléo, sans céréales), un champs de céréales cause 25 fois plus de morts…les animaux ont besoin de leur écosystème!

    comparer l elevage avec l agriculture moderne qui est une catastrophe pour l’humanite et oublier de dire que la planete est surexploitee et surpeuplee.

    vous posez vous la question, qui a finance la recherche(avec quelle argent), pour quelle raison ? quand vous lisez les resultats de recherches

    l elevage moderne est aussi une catastrophe avec ces paturages arroses d engrais ( au mieux) ou les animaux bourres de cereales ou de farines animales de nouveaux autorises depuis plusieurs annees, voir de fermes aux milles vaches ( le pire actuellement…)

    une personne sensee qui a reflechie a son alimentation ne mange pas de cereales…

    elle sait qu il faut prendre grand soin de la terre ( nourriciere), Masanobu Fukuoka, Bill Mollison et David Holmgren nous ont montre la voie à suivre.

    rien ne sert de manger de soi disant bons aliments si vous ne savez pas comment et ou ils ont ete eleves.

    les <> baies de goji qui sont cultivees en dehors de leur terre d’origine et conditions climatiques sont de pales copies de l’ origiale.

    il en est de meme pour tous, la terre doit etre riche (sels mineraux) et vivante.les carottes de sable label rouge oaaahouu !!, qu elle interet ?
    le bio cultives dans le desert egyptien ? …

    merci pour votre article qui permet de se poser des questions, et eveille l interet des personnes qui commencent à s interroger sur leur alimentation.

  7. bonjour,

    elle vous rassure ces photos de celebrites, elle me font peur.

    pas un centenaire que des jeunots.

    j ai remarque que vous n appreciez pas les vegetariens, Léonard de Vinci,Pythagore,Albert Einstein,Georges Cuvier,Charles Darwin … c est vrai font pale figure.

    quand a moi j attends avec impatience de voir un adepte du paleo chasser(courser) un lapin, un cerf et le tuer de ces dents.

    «Mettez un enfant dans un berceau avec une pomme et un lapin. S’il mange le lapin et joue avec la pomme, je vous achète une voiture neuve!» (Harvey Diamond)

    merci

    • Bonjour,

      «quand a moi j attends avec impatience de voir un adepte du paleo chasser(courser) un lapin, un cerf et le tuer de ces dents.»
      Regardez les documentaires sur les tribus d’amazonies. Vous verrez de très bons chasseurs. Même les chimpanzés…les singes qui nous ressemblent le plus, (on a 98% de génétique en commun avec eux), sont de bons chasseurs (ils mangent jusqu’à 3 kilos de viande par jour).
      https://www.youtube.com/watch?v=RQq93Q2txrs

      «elle vous rassure ces photos de celebrites, elle me font peur.»
      Et vous pensez quoi du peuple paléo des Kitava? L’un des seuls peuples au monde où la maladie y est inexistante: pas de diabète, pas de surpoids, pas de cancer, pas de problèmes de caries ou d’ostéoporose (très courant chez les vegan en passant). Plus de 1500 personnes ont été étudiées donc c’est pas une petite étude statistique bidon avec 10 individus.
      http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1365-2796.1993.tb00986.x/abstract;jsessionid=3A92EDCB0861E7DDA8A8781469850195.f03t01
      http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=Kitava+AND+%22Lindeberg+S%22

      «que vous n appreciez pas les vegetariens»
      Je suis un grand fan des moines de shaolin qui sont végétariens et qui inspirent la santé.
      Les seuls végétariens que je n’aime pas sont ceux hypocrites qui passent leur vie à faire la morale et à vouloir expliquer pourquoi leurs idées et leurs choix sont meilleurs que ceux des autres.
      Souvent ils en viennent à utiliser des techniques noires de manipulation pour imposer leurs idées. En tant que marketeur je connais bien ça.
      Les manipulateurs utilisent le fait que les personnes seules ont tendance à vouloir trouver leur communauté…par exemple telle religion, tel partie politique, telle régime / mode de vie, le groupe des scientifiques plus intelligents, le groupes des fumeurs buveurs cool…etc.
      Une fois qu’une personne fragile a rejoint sa communauté, elle se sent obligé d’être d’accord avec tous les arguments. Et tous les contre-arguments qui viennent d’autres communautés sont alors forcément faux. => d’où les nombreux débats qui ne finissent jamais. La cause est en fait psychologique. Et comme l’homme a tendance à vouloir avoir raison, il a du mal a changé de communauté, car peur de comment réagirait son entourage à la phrase «ah non finalement ces choix sont une mauvaise idée je vais penser autrement.».

      Bref vos commentaires sont très gentils. Ils aident à faire évoluer mon site (qui se fait vieux et que je dois mettre à jour en passant!). Mais j’ai l’impression que vous voulez absolument avoir raison. Si c’est le cas, je vous invite à vraiment méditer sur mon paragraphe précédent.

      Amicalement,

      Cédric

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *